Le compostage est un procédé de transformation des matières organiques par des micro-organismes, en présence d’oxygène et dans des conditions contrôlées. Il permet d’obtenir une matière stabilisée, riche en composés humiques et utilisable en tant qu’amendement organique afin d’améliorer la structure et la fertilité des sols : le compost.

Pourquoi orienter les déchets organiques vers le compostage ?

Les avantages du compostage sont nombreux et variés, aussi bien des points de vue réglementaires, qu’économiques, environnementaux et sociaux. Ce qui peut donner une véritable plus-value quant au choix de cette filière, pour une collectivité ou un professionnel producteur de déchets organiques.

Le compostage, une solution adaptable

La diversité des techniques et la simplicité du processus permet d’entreprendre le compostage à toutes les échelles :

  • à l’échelle individuelle : compostage domestique dans le jardin, compostage autonome en établissement
  • à l’échelle semi-collective : compostage en pied d’immeuble, sur un quartier
  • à l’échelle collective : réseau de petites plates-formes, co-compostage à la ferme
  • à l’échelle industrielle : plateforme et usine de compostage

Le compostage de proximité favorise l’emploi local

Le compostage à petite échelle et mis en œuvre selon des techniques simples, fait appel à des opérateurs locaux (associations, agriculteurs, entreprise d’insertion…) qui pourront consolider ou développer une nouvelle activité économique.

En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, deux collectifs de l’économie sociale et solidaire apportent des solutions de compostage de proximité :

La place de la méthanisation

La méthanisation est la digestion de la matière organique en l’absence d’oxygène sous l’action combinée de plusieurs types de micro-organismes. Les bactéries réalisant ces réactions se développent naturellement dans un milieu sans oxygène et sont présentes dans les lisiers par exemple. La méthanisation dans un digesteur en conditions contrôlées est utilisée comme technique de valorisation de déchets organiques et aboutit à la production :

  • d’un produit humide riche en matière organique appelé digestat,
  • d’un mélange gazeux riche en méthane appelé biogaz, source d’énergie renouvelable.

Certains déchets organiques ne peuvent entrer dans la filière de compostage car les conditions de dégradation ne sont pas adaptées à leurs caractéristiques. C’est le cas pour :

  • les sous-produits animaux et déchets d’abattoirs
  • les huiles et graisses organiques
  • les effluents chargés en matière organique issus de laiteries ou de caves par exemple
  • certains déchets des industries agro-alimentaires comme les pâtes et les pains

Afin d’être valorisés en filière organique, ces déchets doivent donc être orientés vers la méthanisation. A l’inverse, les déchets ligneux ne sont pas digérables par les bactéries de la méthanisation, et seront plutôt valorisés par compostage ou en « bois énergie ».

D’autre part, le digestat, de part son intérêt agronomique, a pour vocation d’être utilisé sur les sols agricoles. Aujourd’hui, la principale voie de retour au sol du digestat est la valorisation suivant un plan d’épandage. Cependant, une phase de maturation par compostage permettra au digestat d’atteindre les caractéristiques agronomiques et les paramètres d’innocuité répondant aux seuils fixés par les normes concernant les composts.

En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, un programme d’actions porté par le GERES vise à accompagner le développement de la filière de méthanisation, notamment par la réalisation d’études de pré-faisabilité de projets.

Le critère de choix pour l’orientation des déchets organiques vers les filières de valorisation doit être principalement lié aux solutions de proximité existantes.

Bénéfices multiples

Le compostage permet la conformité avec la réglementation

Le compostage est aujourd’hui mis en avant dans plusieurs textes qui découlent de la réglementation européenne car cette technique de gestion de déchets répond à plusieurs exigences :

  • Mettre en place une solution de valorisation pour les gros producteurs de déchets organiques
  • Satisfaire les objectifs de prévention en réalisant le compostage sur le lieu de production, et éviter ainsi la collecte
  • Respecter les consignes de retour au sol de la matière organique

Le compostage est économique

Grâce à la relative simplicité du process (techniques de compostage et équipements nécessaires), la filière compostage présente un niveau d’investissement limité. Cette filière présente donc des coûts de fonctionnement compétitifs par rapport à d’autres filières de gestion des déchets.

Le compost est bénéfique pour les sols

La majorité des composts produits est utilisée en agriculture, le reste est consommé pour l’entretien d’espaces verts et de jardins, ou encore pour la réhabilitation de sites dégradés.
Cet apport de matière organique stable permet d’améliorer certaines propriétés du sol tout en limitant l’utilisation de fertilisants de synthèse. Cela a pour effets une meilleure rétention en eau et en éléments fertilisants des sols, ainsi qu’une meilleure résistance aux maladies pour les plantations.
L’utilisation de compost est particulièrement bénéfique en région méditerranéenne où les sols sont pauvres en matière organique.

Le compostage concerne une proportion importante de déchets organiques encore non valorisée

Selon les Chiffres clés déchets 2012 de l’ADEME, en 2008, 1,87 millions de tonnes de compost ont été produites en France à partir d’un gisement estimé à 5,5 millions de tonnes de déchets verts, des boues d’épuration et de la fraction organique des ordures ménagères résiduelles. Cependant, toujours selon l’ADEME, la production de déchets organiques, hors déchets de l’agriculture et de la sylviculture, s’élevait en 2007 à 41,2 millions de tonnes.

Aides spécifiques

L’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse

Dans le cadre de sa politique de soutien à la valorisation des boues de station d’épuration par compostage, l’Agence de l’Eau propose aux collectivités un dispositif de conventionnement impliquant une aide financière fonction du respect de certaines exigences de « bonne gestion ».

www.eaurmc.fr

L’ADEME Provence-Alpes-Côte d’Azur

Différents dispositifs d’aides « déchets » s’offrent aux collectivités ainsi qu’aux entreprises afin d’accompagner la transition écologique et énergétique.

www.paca.ademe.fr

La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Assurant la coordination des actions des établissements publics pour l’exercice des compétences relatives au développement durable, la Région participe au financement de certains projets notamment la gestion des déchets.

www.regionpaca.fr

Les autres institutions

Les conseils départementaux, la DREAL, la DRAAF peuvent également apporter un soutien financier à certains projets.

Les organismes professionnels sectoriels ayant une compétence « déchets » peuvent apporter une aide technique (étude préliminaire, recherche et développement…) à votre projet.